BlogNotes ✶ FlyFishing ✶ Ethics ✶ Environment
‶Concentré de Web et Coups de Gueules ″

13 sept. 2012

Les Chevesnes craquent pour l'Omuche !

”Chevesne
Le Chub en (NAV)
L'été ce meurt, il est grand temps de redorer le blason du Chevesne, le Chub comme disent nos voisins d'outre Manche.
Décrié par certains irréductibles, outrageusement dévalorisante, la pêche de la blanchaille, comme ils disent, n'en demeure pas moins une épreuve de force toute en finesse contre un adversaire de taille. Un poisson de souche, rustique, résistant, roublard et dont la robe d'un bel éclat n’a rien à envier aux dress code de soirée des belles Arc-en-ciel, spécialement affamées pour l’ultime bal annuel du Grand Gala d’Ouverture. Ce jour là, les potiches sont de sorties...

Affublé de mille noms plus où moins chantants, ce Vilain là, Monsieur, reste un des plus beau et des plus malin à courir nos eaux. Un p'tit futé bien décidé à vous réconciliez avec la grande smala des Cyprinidés. Le Chevesne à toutes les qualités pour cela et par surcroît il vous gratifie d'une défense très honorable.

Dans les meilleures conditions, vous le pêcherez en sèche, à vue. L'idéal n'étant pas toujours au rendez-vous, vous pourrez aussi le leurrer en NAV. C'est moins drôle, mais cela reste un excellent practice... Un très bel exercice de style. 


En étang, vous les trouverez en virés estivales près des bordures, abrités sous quelques branches. Ce sont souvent les plus gros spécimens, isolés, à l'affût d’une moindre friandise tombée des arbres. Une approche de sioux, un coup d'arbalète et le plaisir sera au rendez-vous. Si proche, qu'il vous sera difficile de résister à l'élégance de son gobage instinctif. Ultime satisfaction.


”Chevesne
 Les renoncules aquatiques (Dordogne)

En rivière, ils badaudent dans les calmes, parfois les fosses, voire quelques coudes protégés près des arrivées d'eau. Mais le plus exaltant c'est de localiser leurs manèges régulier dans les longues coulées de renoncules aquatiques et autres veines d'eau à courant modéré. Ici, l'approche sera plus difficile et non sans risque. Ce diable de poisson a une vue de lynx et une ouïe de belette. Le moindre faux pas sur les galets et il disparaîtra. Omnivore, c'est vraiment un inconditionnel de la grande bouffe et vous aurez aucun mal à choisir son menu du jour. Seul bémol donc, il détalle toutes nageoires dehors au moindre bruit des casseroles.
La méfiance est mère de sûreté dit-on, ce pourrait être sa devise. À vous dissuader du moindre mouvement en défiant toutes venues turbulentes. Mais ils ne vont jamais bien loin...

“Ce n'est pas pêcher que de pêcher bruyamment.”


À l'instar des poissons, tout pêcheur a ses humeurs, ses habitudes, ses préférences et ces conditions confondues au bord de l'eau ne manquent pas de troubler votre sérénité quand vient l'heure du choix : une imitative ou une incitative ?


Dilemme cornélien. Libre à vous de sélectionner une mouche en fonction de l'activité et de vos observations... Parfois, je souhaite des incitative très excitantes, voire terriblement sexy... Ma favorite pour Mister Chub, hôte incontournable de nos rivières, est une belle emplumée bien évidemment à poils. Un seul impératif, elle doit-être velue, fournie, champêtre, à la fois vulgaire, gracieuse et chamarrée comme une vieille danseuse de cabaret. Ce pourrait être des célèbres imitations, la Moche, une Peute où encore une Elk Hair Caddis...
Peu importe. Mon choix s'arrête le plus souvent sur l’Omuche, une mouche fétiche, grise, qui fait l’unanimité de ma fly box. Impérativement, je lui demande deux choses : flotter le plus haut possible sur l'eau et, dans un laps de temps exécutable à l'infini. Il est préférable de croire sans désespérer...
Ceci dit, le Chevaine monte et gobe à peu près tout ce qu'il lui passe au dessus du nez. La voracité de l'animal est légendaire et il ne rechignera pas à prendre d'autres artificielles. En outre, si cela vous chante, une tipule potagère en goguette peut excellemment pourvoir à vos besoins.
Quand par mésaventure l'Omuche ne fait pas recette, je monte un Palmer indiscret. Pourvu que ça flotte... L'intérêt du jeux étant de leurrer dans les meilleures conditions. Péremptoirement, le festin doit-être présenté le plus précisément possible et le posé, autant qu'il se peut, allongé d'une extrême délicatesse. Car à la moindre anomalie le spectacle se transformera en échec. Le bide total, insupportable, inacceptable à la vue de ce poisson obstinément rechignant. Enclin à cette incertitude suspicieuse de négliger votre éblouissante starlette en dérive attrayante. Scandaleux, au point de défier promptement Mister Chub à rejoindre expressement les rascasses au fond du fait-tout.
Cruelle désillusion, fatale destinée, le Chevesne est parfois implacable. Changez de poste où allumez une clope... Détendez vous.
 
”Chevesne
Mister Chub & l'Omuche

Les puristes vont certainement grincer, mais j'aime soigneusement préserver, au maximum, mes chances et les garder sous le coude. J'utilise des bas de lignes assez long terminés en pointes 10/12%. Un juste équilibre pour fouetter précis et en souplesse. La Dordogne est large... Aussi, j'ai depuis belle lurette adopté le do-nothing. Trop souvent j'ai vu ce cabochard de Maître Cabot reluquer avec dédain cette offrande tombé du ciel en parachute et, après inspection sous toutes les coutures, s'en détourner comme d'un objet du troisième type.
Donc, rien de nouveau sous le soleil, voir sans être vu, voilà la clé du succès.


Évidemment, Leuciscus Cephalus n'atteindra jamais la taille monstrueuse d'un Silurus Glanis...
Il n'en demeure pas moins un magnifique poisson à moucher, imposant une redoutable méfiance et, pour peu que votre ferrage soit efficace et que le Chavane dispose d'un bon volume d'eau sous la caudale, celui-ci vous offrira de belles chandelles argentées. En effet, exceptionnellement, Mister Chub se prend pour un as de la haute voltige. Un vrai ressort !
Ses flancs brillants hors de l'eau sont aptes à éveiller les plus merveilleuses et stimulantes émotions. Comme disait mon grand-père, quand on à rien d'autre à ce mettre sous la dent, "faute de Tarpons on pêche la blanchaille !"

Et au diable le mauvais goût des viandards qui ne pensent qu’à remplir le panier d'un mets plus approprié à l’art culinaire. Dans le meilleur des monde, tout n'est pas aussi rose que la chair du saumon. C'est certainement ce qui à sauvé le Chevaine d'un séjour prolongé au fond du congélateur.  Grand bien lui fasse, CheuCheu n'offre pas toute les qualités gastronomique que l'on peut en attendre : une chair insipide de cyprinidés, avantageusement tenue dans une abondante ossature d'arêtes.
Si vous n'aimez pas, remettez délicatement votre Juène dans son élément, comme il se doit, avec toutes les précautions d'usages. Ou offrez le à votre belle-mère.
..


Aucun commentaire: