BlogNotes ✶ FlyFishing ✶ Ethics ✶ Environment
‶Concentré de Web et Coups de Gueules ″

29 juil. 2013

La pêche à la portée de tous !

Les bons usages façon John D. Voelker :


Quiconque s’intéresse à la pêche au fouet devrait avoir lu "ITINÉRAIRE D’UN PÊCHEUR À LA MOUCHE" écrit par l’éminent John Donaldson Voelker alias Robert Traver. Tous ceux qui désirent s’adonner à ce loisir se doivent d'écouter ses sages conseils professés avec clairvoyance et nonchalance. De nos jours, personne n'oserait mettre en doute les compétences de John D. Voelker. Personne, hormis peut-être ceux qui considèrent la pêche comme un sport, voire une compétition.


Vous savez, ces concours de pêche ou l'on se fout royalement du poisson. On le stocke, on le mesure, on le pèse, on le tripote et, sans lui demander son avis, on l'invite promptement à s'asphyxier lors d'une pose sur le podium pour l'inévitable séance de pixellisation.
Ben oui, faut justifier les prises au risque de passer pour un Guignol : trop tard Monsieur, la cloche à tintée, le rideau est levé !


À croire que ces types là sont plus enclins de pêcher pour la galerie que pour eux même.
La société du spectacle en mode m'as-tu vu, je pêche donc je suis.


"Un concours de pêche c'est un peu comme jouer au tennis avec des balles de vie."
 (Jim Harrison - Just Before Dark, 1990)




Raisonnablement, chacun d'entre nous trouvera au fil des pages de ce bouquin, un simple recueil dans la lignée des grands classiques américains sur la nature.
Au demeurant, la nature exècre la compétition. Tout autant qu'elle porte un quelconque intérêt à la sortie médiatique et tapageuse de M. Poutine.

Leurrer un poisson est à la porté d'un enfant de cinq ans. Mais, harnaché dans sa panoplie, l'égo démesuré du pêcheur moderne y voit le signe d'une prouesse mirifique. Qu'il ne manquera pas d'afficher sur le Web sous forme de films où photos parasitaires pour lesquels il espère de nombreux "Like". Malgré des images souvent confuses et une histoire dénuée de sens. Si ce n'est celle de s'exhiber un trophée dans les bras. La belle affaire.

Outre la pratique sordide et ostentatoire de ces pêcheurs, une paranoïa aiguë les guète : le doute s'installe et la perplexité trésaille; La pêche ne serait-elle pas meilleure là bas, plus loin, dans cet endroit sauvage dont on ne connaît pas le nom..? 



"Les pêcheurs sont des gens pervers incapables de tenir en place, constamment prêts à migrer vers de plus verts pâturages, toujours d’accord pour partir benoîtement à la chasse au dahu. Ils sont capables de faire leur paquetage et de se mettre en route sur la foi d’une simple rumeur. Au vrai, cette propension à chercher sans cesse le pied de l’arc-en-ciel où s’étend le véritable monde féerique des truites, cette étrange disposition à courir après les chimères, les licornes et les bulles de savon, semble constituer pour eux la moitié du plaisir de la pêche. Il suffit qu’un inconnu au regard fou et au cerveau dérangé s’assoie à côté d’un collègue pêcheur et lui murmure à l’oreille : “Je viens d’entendre parler d’un coin où elles viennent littéralement vous éclabousser le visage” pour que ce petit monde file vers la Lune toutes affaires cessantes, traversant joyeusement sept marécages avant d’atteindre son but."
                                                                   
John D. Voelker 


L'attrait mystérieux de l'ailleurs :

Comme dans mon fief, sur les berges du canal de Lacanau où il fait bon flâner quand darde les premiers rayons.
Quelques grandgousiers y attendent vos mouches. La tailles des spécimens n'est pas généreuse, 40/70 centimètres en moyenne. Malgré une pétition datant de 2012, la maille est toujours de 50 cm en Gironde contre 60 cm demandé. La densité est passablement correcte. Vous êtes dans le Sud mais encore loin de l'Extremadura et aux antipodes des contrées du soleil de minuit :



Mais les brocs du canal ont la niaque et un gros brochet peut occasionnellement faire la différence et vous surprendre.

Évidemment ça se mérite. Il faut marcher un peu, minimum deux à trois kilomètres dans le sable pour atteindre les meilleurs postes. L'été, mieux vaut partir votre Waders & Wading Shoes dans un sac à dos au risque de vous liquéfier avant d'atteindre la première écluse. Il y en a quatre. Les berges sont rarement d'un accès faciles. La présence de fougères, mûriers, genets, ajoncs et branchages ralentissent la marche... En gros, du roncier en plus des chênes, des pins et des bouleaux...
En bordure la profondeur est à peu près constante, environ vingt à quatre vingt centimètres mais souvent abrupte et meuble. Quand au milieu du canal le fond n'excède jamais plus de deux mètres. Le courant est lent voire quasiment imperceptible dans les grands plats et les fausses. 

En aval du pont de La Genny (Lauros), le tronçon Sud offre un parcours plus sinueux, mais les eaux turbides ne sont plus propices au développement de Mister Exos-Lucius.
Toutefois, par très gros coefficients de marées, quelques mulets peuvent s'aventurer dans le chenal de Lège/Ares juste avant de se jeter dans le Bassin d'Arcachon. 
  
 
Canal de jonction des Lacs (Hourtin/Lacanau). Une des rare plages...

 

Action de pêche, chacun fait comme il lui plaît :

Évidemment, les attaques en surface sont les plus spectaculaires. Une mouche de 12/18 cm nageant en poussant un peu d'eau dans la pellicule fait très bien l'affaire.
Impératif, une bonne maîtrise du lancé roulé est un atout supplémentaire pour pêcher la rive opposée.  Ici, rien n'est fait pour vous faciliter la tâche : un vent de Nord, Nord-Ouest 2 beaufort souffle régulièrement en période estivale. Il tourne à la renverse (marée), et peut passer à l'Est en fin de journée ou tôt le matin. Ajoutez à ça le manque de recul du à la hauteur des berges et vous obtenez un couloir à vent encombré. Le parcours du combattant. Dixit OmniFly

Ce qui n'écarte pas de prendre les plus gros brochets les jours venteux... Sur le canal j'opte pour une certitude : mieux vaut pêcher discrètement dans ses pieds plutôt que chercher perpète. Bien que l'on puisse parfois tirer long.


RestlessGroove : nage en souplesse juste sous la surface, queue très attractive...



Aussi, je monte aucun bas de ligne renforcé sur les Tube Flies (Titanium, Toothy Critter, Nylflex ou  autres).
Je noue (Palomar Knot) directement sur un mono brin fluorocarbone 30 % dans l'œillet d'un hameçon Partridge CS43BN ou similaire et sans ardillon. Ensuite je passe le fil dans la gaine du TF jusqu'à mi hampe (J'utilise également ce système pour les TF saumon). L'ensemble d'environ soixante centimètre est rabouté par un nœud de raccord simple. Un montage classique sans fioriture. le BDL total avec sa pointe fait environ 1.00/1.60m à adapter en fonction des besoins.

Le ferrage doit être instantané et la ligne toujours tendue. Soyez vigilant. Ce n'est guère le moment de chercher votre crème anti-moustiques dans les poches de votre gilet en regardant les libellules copuler au soleil, sous les yeux ébahis des grenouilles qui forniquent sur les nénuphars. C'est l'arrêt net, et toutes vos chances de prendre un beau pike pour vos sushis seront anéanties.
Ceci dit, il y a un risque de pollution au mercure par chez nous. Mettez votre brochet 24h au congélateur avant toute consommation de poisson cru. Ou mieux, pêchez Cath and Release. Au besoin, je vous donnerai quelques bonnes adresses de restaurants en MP...

Outre le fait que ce soit un parcours un peu technique, un autre point noir peut vous freiner dans votre progression : après vingt minutes de marche, vous pouvez croiser une flotte de canoë-kayak.
Bien que cela soit rare, choisissez ce moment pour vous glisser à l'ombre d'un gros chêne et bourrer votre bouffarde. Et prenez soin de ne pas embraser la pinède.

Maintenant me direz-vous, quel point commun il y a-t-il entre ce canal perdu du Sud-Ouest et John Donaldson Voelker. Aucun, si ce n'est que ce "post" ne contient aucune "photo trophée" dégoulinante de mucus. À l'identique de ce célèbre avocat, juge et écrivain qui a passé une bonne partie de sa vie au bord des rivières à pêcher des truites et dont on ne trouve aucune trace dans ses portraits. 
Bon sens, humilité, respect de l'environnement et de ses habitants ? 
Je ne sais pas, mais j'adhère à ce comportement canon de considérations et, pour cela, j'adule le mentor. Comme quoi on peut parler pêche et bons spots sans imposer une armada de photos narcissiques sans valeur ajoutées.
La tendance systématique de pixellisation des poissons m'exaspère. 



Aucun commentaire: